CHRONOTEAM EXPLIQUE A VOTRE PATRON


Allô, patron ? On est mal ! Il parait que nos concurrents se fichent de nous car on ne sait même pas ce qu'est le CHRONOTEAM...

Comment ça, on est mal ? Et qu'est-ce que c'est que cette histoire de ChronoTeam, c’est nouveau ?

Nouveau, si on veut, ça existe depuis 2015. C’est un évènement principalement dédié aux entreprises, aux associations, aux clubs sportifs... c’est une course de relais !

Une course de relais... comme aux Jeux Olympiques ?

Tout pareil ! Ce sont des équipes de coureurs qui doivent se transmettre un bâton (appelé témoin) le plus vite possible autour du plan d'eau de Vichy.

Il ne manquait plus que ça ! Et ça marche comment, ce truc ?

Bah, c’est très simple : vous proposez à nos collègues ou collaborateurs les plus courageux de chausser leurs baskets, d’enfiler un T-Shirt aux couleurs de notre entreprise (pas obligatoire mais c'est plus sympa !)... puis de faire tourner le témoin autour du plan d’eau le plus vite possible. Normal, c’est chronométré !

Et tout le monde peut participer ?

Oui, dès lors qu’au moment de son inscription, il ou elle peut justifier de sa réelle appartenance à l’entité qu'il représente. L’idée n’est pas de recruter des mercenaires mais bel et bien de représenter notre entreprise, association, club, etc.

Ah oui, autre chose : il ne faut pas oublier de prévoir un certificat médical attestant de son aptitude à participer à une course chronométrée, l'organisateur n’aimerait pas qu’un concurrent lui claque dans les doigts !

OK. Mais quelles sont les règles de la course ?

 Les règles ? Ha ha ! En fait, c'est marrant, y’en a quasiment pas… ou presque, vous allez voir :

 - Primo, c’est une course à pied, donc vous oubliez le vélo, le scooter et autres moyens de locomotion. On n'est pas du genre à tricher, tout de même ?

 - Deuzio, c’est un relais, donc il faut être au moins deux coureurs (ben oui ! sans ça, vous le passez à qui, le témoin ?).

- Et tertio, le témoin justement. Il doit toujours être tenu ou porté (eh non, vous n’avez pas le droit de le lancer !).

Et c’est à peu près tout ce qu'il y a à savoir. Avouez que c’est quand même pas bien compliqué !

Comment ça, c’est tout ?!

C’est tout ! Difficile de faire plus simple, non ? Alors inutile de se faire des nœuds au cerveau pour chercher la petite bête : oui, on peut être très nombreux : deux, trois, quatre, dix, quinze si on veut... Ah, vous trouvez que c’est trop facile ? Alors dans ce cas, ne discutons plus, faisons-le !

En plus, on n’est pas obligé de répartir la distance équitablement entre les coureurs, pas plus qu'on n'est obligé de transmettre le témoin à tel ou tel endroit du parcours... Bref, on se débrouille, on fait preuve d’astuce, on met en place la stratégie de course et les tactiques d’équipe qui nous permettront de démontrer que la force de notre boîte ne se mesure pas seulement à son chiffre d’affaires. Pas vrai patron ?

D'accord, d'accord... mais ça sert à quoi au juste ?

A quoi ? Mais à rien, patron ! Strictement, positivement, définitivement... à rien. Mais n'est-ce pas justement parce que c’est inutile que c’est indispensable ? C'est déjà une première (et excellente) raison pour y participer, pas vrai ?!

Mais une fois qu’on a dit ça, on peut aussi trouver quelques (vraies) bonnes raisons. Et entre nous, elles ne manquent pas :

C'est l'occasion pour notre équipe d'établir ou d'améliorer son record du tour. Officiel, et tout et tout. Enregistré par une puce électronique de Génialp et validé par Vichy Triathlon, des gens qui ne rigolent pas quand il s’agit de chronomètre !

Ce record, ce sera NOTRE record à NOUS. Un record à usage interne au sein de l’entreprise, et qui sera conservé sur le site consacré à l’évènement, un record qui durera aussi longtemps... que nos collègues des années suivantes ne l’auront pas battu.

Un record à usage externe également. Qui nous permettra de montrer le dynamisme de notre boîte à la face de nos concurrents, de nos clients, de nos prospects...

Et du coup, pour une somme modique, ça nous fait à la fois un « incentive » et une pub !

Sérieux patron, si on ne le fait pas, on est mal. Vraiment...

 

Ah, une dernière chose, patron : vous qui êtes toujours soucieux de ne pas trop dépenser, la page qui suit devrait vous intéresser...